L’autre jour, je découvrais une personne délicieuse via son profil facebook, en sous-marin (avouez vous faites ça aussi).

Et au-delà de la fascination que ladite personne exerce sur moi, j’ai découvert qu’elle avait beaucoup de principes, de combats etc …

Alors je n’ai rien contre évidemment, chacun fait ce qu’il veut quand il veut du moment qu’il ne fait de mal à personne.

Mais je me suis posé la question suivante : avoir des principes n’est-il pas se priver de liberté ? Avoir des idées très tranchées, des principes etc ne nous enlève-t-il pas de notre spontanéité ? De quelle manière nos principes nous guident dans nos instincts ?

Exemple : tu as envie de faire plaisir à ton enfant, tu lui demandes ce qu’il a envie de faire, il te dit qu’il veut aller au zoo, ça te paraît pas fou tu dis oui, et tu réfléchis en te disant que t’es plutôt contre l’idée des animaux enfermés et compagnie, tu reviens sur ton oui et hop, tu repars de zéro ‘que veux tu faire mon chéri ? qui colle avec mes principes ?’ (bon bah on va au parc) (ahah)

Personnellement je n’ai pas des masses de principes, de filtres, de barrières etc … Je fais ce qui me fait plaisir, je me pose pas mille questions quand j’ai envie de faire un truc je le fais. Alors oui, par exemple, j’ai de plus en plus de mal avec les animaux enfermés pour le loisir des humains, j’avoue, ça me travaille. Parce que je ne comprends pas que l’humain disant aimer les animaux les enferme et en fasse commerce. Les animaux je m’en fiche un peu, non en fait, je les laisse à leur condition d’animaux, et tout le monde se porte bien. C’est mon principe. Si t’aimes quelqu’un, tu l’enfermes pas. (Principe valable pour la jalousie aussi, et pour les gens qui refusent de laisser leur conjoint sortir sans eux, ça m’échappe) (autre débat, pardon)

La personne dont je parlais au début est manifestement féministe. J’avoue humblement, je ne sais pas ce que ça signifie d’être féministe. Pour moi, souligner une caractéristique, c’est déjà en faire un ‘problème’ alors que si on ne souligne pas, ça ne devient pas un souci. Donc, je ne comprends pas ce que c’est d’être féministe.

D’ailleurs si quelqu’un veut m’expliquer avec des mots simples, je prends.

Il y a des gens qui croulent sous les principes et au final tu te demandes à quel moment ils vivent vraiment ? Je suis à une soirée, j’ai faim, je mange exclusivement bio, c’est bio le buffet ? je sais pas, ah c’est pas bio, bah je mange pas. J’ai super faim.

Je suis fan de cet artiste, ah il est à tel festival, zut c’est un festival avec un fond politique qui n’est pas de mon bord, bon bah j’y vais pas, c’était sa seule date en France. Trop con.

Mon enfant se couche tous les jours à la même heure, semaine et weekend, on est chez des amis pour une soirée, on fait manger les petits parce que mon enfant se couche à 21h, et sinon on profite de la soirée ensemble ? 

Tous ces petits trucs, personnellement ça m’exaspère (et ceux qui bouffent pas de Monsanto sachant que les 3/4 du supermarché c’est Monsanto, ceux qui disent par principe que TPMP est une émission pour les débiles alors qu’ils n’ont jamais regardé, et ceux qui sont Vegan mais qui ont des animaux de compagnie A EUX, etc etc etc)

Avoir beaucoup de principes c’est bien, enfin moi j’en ai pas et je ne m’en porte que mieux. Je ne me prive de rien, je vis et puis c’est tout.

Je pense qu’au fond je suis trop flemmarde pour avoir des principes. Ça prend du temps, de l’énergie, ça te prive de pleins de trucs, ça réduit ton champ de kiff en fait. Après, je comprends que des gens se sentent mieux en ayant une forme de cadre dans leur vie, mais c’est pas pour moi.

Vous en pensez quoi vous ?