Chapter One : My first period.

Attention, âmes sensibles, cet article n’est pas tout joli. Je vais quand même essayer de le rendre drôle.

Parce que devant les choses auxquelles on ne peut pas échapper, il vaut mieux rester optimiste. Rions de ce que nous ne pouvons pas changer.

Oui, je vais te parler de règles et plus spécialement de syndrome prémenstruel.

Alors, pour tout te dire, je n’ai compris l’existence de ce phénomène qu’il y a peu (trop peu, quand on sait que j’ai mes règles depuis 20 ans) (dois-je organiser un blogo-event pour célébrer cela avec mes plus fidèles lectrices ? quel partenaire solliciter ??? mmmm laisse moi réfléchir, on s’en reparle).

Pendant de longues années, j’étais persuadée d’être dépressive chronique. Souvent j’allais voir ma mère, angoissée, effondrée. Elle me disait ‘ça va pas ma chérie ?‘ aussi gentiment que patiemment. Et moi je répondais en m’effondrant ‘non ça va pas‘. Larmes et morve. ‘Mais qu’est ce qui ne va pas ?‘. ‘Mais je sais paaaaaas‘. Re-larmes. Re-morve.

Puis ça passait. Puis ça revenait. Périodiquement. Tiens tiens.

Bon, alors vous dire que je n’ai pas été préparée aux épreuves féminines est un euphémisme. J’ai eu mes règles genre deux mois après ma GRANDE sœur et ma mère n’avait même pas eu le temps de m’expliquer le truc. C’est arrivé quand je dormais chez ma cousine, on a paniqué en chœur, ma tante m’a expliqué. Ma sœur m’en a voulu. Bref, j’avais pas trop le droit de demander vu que j’étais déjà pas trop dans ses petits papiers. Démerde toi cocotte. T’as mal ? Bien fait. Tu es en hémorragie toutes les deux semaines ? Pas de chance. ‘Moi j’ai jamais eu mal‘ qu’elle me dit encore aujourd’hui. Ouais mais moi j’ai des gros seins. La rationalité de la fille qui a ses règles est un concept flou.

Donc déjà, j’ai calé au départ.

J’ai appris par l’épreuve qu’on pouvait se vider de son sang aussi souvent qu’il y a de 1er du mois. J’ai appris dans la douleur que j’aurais mal toute ma vie, à m’en tordre, à m’en réveiller la nuit. Paye ta féminité poupée.

Donc, je suis dans la team ‘les règles : notre fardeau‘.

Depuis que je suis une maman, j’ai un stérilet du moyen âge qui AMPLIFIE le phénomène hémorragique. Si c’est pas super ça ? Donc je perds encore plus de sang qu’à 13 ans. Et j’ai toujours aussi mal.

Sauf que sauf que sauf que (il faut bien des points positifs), maintenant j’ai identifié le truc aussi relou voire plus qui précède la semaine de galère : le syndrome pré-menstruel.

Une amie me disait que parfois avant ses règles elle pleurait et puis ça passait d’un coup. Ah oui ? Étrange n’est-ce pas ?

J’ai cru longtemps que c’était Nina qui m’énervait trop et que c’était pour ça que je hurlais comme une tarée parce qu’elle avait mis de l’eau par terre … J’ai cru longtemps que mon mari pensait que j’étais une mauvaise mère parce qu’il me disait ‘tu peux lui lire l’histoire pour une fois ?’. J’ai cru tout un tas de trucs complètement cons, j’ai hurlé, pleuré, claqué la porte.

Et puis j’ai découvert je ne sais plus comment que toutes ces manifestations excessives de peine ou de colère étaient HORMONALES. Et j’ai appris à les contrôler, avec quelques ratés parfois (oui bon ben ça va hein, au moins je travaille dessus).

J’ai une petite application dans mon téléphone qui me dit quand je vais avoir mes règles (tous les 23 jours, merci la vie) et donc je SAIS que si la semaine précédente j’ai envie de me pendre c’est HORMONAL. Pour peu qu’il y ait des petits désagréments liés à la vie au même moment, c’est la grosse cata.

J’ai fait 6 mois d’acupuncture et de traitement pour me sentir mieux, ça marche plutôt bien même si je serais pas contre me refaire piquer de temps en temps pour calmer le dragon.

Mais ce qui est bien désormais c’est que mon mari est au courant du phénomène et accroît plus ou moins sa dose de patience pendant cette période.

Et miracle, quand on SAIT, tout passe mieux. Je ne crie quasiment plus jamais sur Nina, parce que de un ça sert à rien, de deux ça me rend malade et de trois, je sais qu’elle ne mérite pas du tout.

En revanche, si j’ai une source de stress (genre le ‘tresse-gate‘), c’est la fête des gros mots. Je transpire, j’hyperventile et je ne supporte même plus la musique (imagine !!!).

Les mecs se rendent pas compte de leur chance je crois, ils se plaignent dès qu’ils ont la gorge qui gratte … Je rêve qu’il existe un moyen de leur faire avoir les règles que j’ai moi, au moins une fois dans leur vie. Putain je crois que plus jamais j’entendrais ‘ah mais t’es pas super agréable en ce moment‘. Mais bordel !!! J’ai plus mal chaque mois que je n’ai eu mal en accouchant !!! Je perds autant de sang qu’une jeune mère. La cup tombe, elle TOMBE !

Alors ta gueule. Oui j’ai dit un gros mot.

Putain.

Afficher l'image d'origine

25 commentaires sur “Chapter One : My first period.

  1. je compatis même si je n’ai jamais eu de règles hémorragiques. J’ai un peu peur de mettre un stérilet en cuivre pour ça mais les hormones j’en veux plus. L’adolescence, cette période où j’aurais pu me pendre tellement j’avais mal, ainsi que la période pré-conception du baby d’ailleurs, plus de contraception, j’ai retrouvé les règles de mes 14 ans les chiennes ! A cet âge là je prenais un médoc qu’on donne en post-op pour te dire.
    Maintenant ça va mieux….et puis la cup c’est cool…bon ok sauf quand elle tombe 🙁 t’as pas trouvé la king size ? 😀
    bon courage …mais c’est vrai savoir c’est déjà se soigner à moitié.

  2. il existe plein de petites gelules homeopatiques qui te seraient d’une grande aide . courage. nos hormones dirigent notre comportement pour toute la vie !

  3. Oh mais quoi ?!?!?! Enfin un article dans lequel tu es sympa avec moi…. Je vais jouer au loto
    Et oui maintenant je sais….
    Et vous vous souffrez physiquement et nous psychologiquement

    1. pfff n’importe quoi ! moi je dois supporter ton exigence et tes tocs TOUS LES JOURS !!! et c’est pas les hormones mon coco ! <3

  4. J’ai souvent déprimé quelques jours avant mes règles en mode « persoooonne ne m’aiiiimeuuuuh » mais je n’ai pas tous tes désagréments ma pauvre! J’espère que tu trouveras un jour remède miracle! En attendant, ton article est top !

  5. Si… tu sais très bien raconter.
    Il y a une solution pour ne pas avoir de règles hémorragiques avec un stérilet, c’est celui aux hormones (rien à voir avec la pillule, les hormones sont diffusées localement). Moi ce stérilet (comme la pilule mini dosée) avait complètement supprimé mes règles.
    Prendre de conscience de ce qui arrive c’est déjà beaucoup…
    Bon courage, et oui je suis d’accord avec toi, pourquoi nous les femmes on a TOUS les désagréments ?

  6. Purée, j’ai laissé un commentaire sous l’article « Didn’t you listen to the story? » justement en te demandant si ce n’était pas une veille de règle le jour où tu t’es remis en question. Il y a un lien alors? 😀
    Perso, j’ai compris cette déprime d’avant les règles quand j’étais au lycée. Elle revient toujours me rendre visite, tous les mois.
    Force et courage!

  7. Ce n’est pas normal d’avoir mal pendant ses règles, surtout si du paracétamol ne permet pas de faire des activités normales. Je voulais juste marteler ça car il faut que les femmes harcèlent leur médecin pour trouver quelque chose qui leur permet de ne pas avoir mal ! Et le dire à nos filles.
    Pendant des années j’ai eu mal, parfois à tomber dans les pommes, et bien, dans mon cas c’était une putain de maladie qui s’appelle l’endométriose. Je ne dis pas que celles qui ont mal ont forcément ça, juste que on ne doit pas subir la douleur parce qu’on est une femme.

  8. Tout à fait d’accord !

    Bon….moi j’ai pas tout ça MAIS je suis aussi très….con, soyons honnête une semaine avant mes règles 😉

    Et tu as tout à fait raison, certain mâle ne se rendent pas compte, j’t’explique mon soucis :

    J’ai appris il y a tout juste 1 mois que je ne pourrais plus jamais donner la vie, ça à la limite ça passe, j’ai 32 ans mon dernier à presque 6 ans et 2 c’est notre équilibre, mais j’ai aussi appris que plus jamais de toute ma chienne de vie je pourrais prendre une contraception !!!

    Chaud quand même puisque l’abstinence n’est pas du tout prévu dans notre vie de couple !

    Ado j’ai pris la pilule, première enfant, j’ai mis un stérilet, deuxième enfant…..là c’est la merde….Ewen est né à 6 mois de grossesse à cause d’une pré éclampsie sévère, du coup je suis très/trop sujette aux montée de tension et donc pas de contraception à base d’hormones, pas de soucis on va passer au stérilet en cuivre !

    Hé bin non heuuuuu !

    Je ne jette pas la pierre à la gynéco qui a sortit mon fil de mon ventre, c’était ça ou la mort pour tout les deux, mais elle a fait tellement vite qu’elle m’a recousu tout l’intérieur comme une barbare et même un stérilet y’a plus la place !

    Et tu sais quoi, c’est mon chirurgien esthétique qui me l’a appris ! Oui parce que elle a fait du « mauvais » travail à l’intérieure et je t’explique même pas l’extérieur…..

    M’enfin, 6 ans pares la naissance du nain, je sais enfin pourquoi j’ai autant mal, pourquoi je me sens aussi pas bien, ça ne règle aucun problème je suis bien d’accord avec toi, mais JE SAIS !

    Croise les doigts pour moi, je suis en train de monter un dossier de ouf pour me faire ligaturer les trompes, « mais vous avez seulement 32 ans madame c’est impossible » oui et j’ai aussi interdiction de retomber enceinte….cherchez l’erreur.

    Merci pour ce poste de la vraie vie d’une femme, ça fait du bien !
    Bise

  9. Je rejoins le commentaire de Marieblue. Je suis également atteinte d’endométriose qui est une maladie qui touche beaucoup de femmes (à divers degrés et sans qu’elles le sachent bien souvent hélas).
    Malheureusement beaucoup de gynecos sont très peu calés sur cette maladie, ça paraît fou… C’est une maladie difficile à diagnostiquer. Pour mon cas, la seule façon de savoir a été une intervention chirurgicale car les échos ne montraient rien (c’est un gyneco spécialiste de la fertilité qui a posé les bonnes questions).
    Courage en tous cas, je connais trop bien tout ce que tu décris…

  10. Mes douleurs de règles ont complétement disparu après mon premier accouchement (premier hourrah), je croyais naïvement que c’était le cas pour toutes les femmes. Ensuite je suis passée au stérilet hormonal qui supprime généralement les règles. Franchement, c’est génial (mais je sais que les hormones, ça ne convient pas forcément à toutes), j’aurais bien du mal à revenir en arrière (quasiment 10 ans sans règles sauf un peu avant et après grossesse). Le cycle hormonal demeure par contre.

    Pensées à toutes les femmes qui souffrent à cause de leur féminité…

    1. Hello Girlz !
      Moi aussi j’ai le stérilet hormonal depuis 3 ans après avoir eu mon 2eme BB, et jamais je ne changerai, car j’étais comme toi yeahyeah depuis l’âge de 13 ans, je vivais l’enfer douloureux ts les mois, à m’en empêcher de faire du sport, avoir mal au ventre à en pleurer, … et puis des hémorragies de maboul, quel plaisir la plage en pleine canicule, faire des AR ttes les H pour me « changer », bref du coup tant pis pour les hormones, la vie est tellement chouette sans règles et sans douleurs !! Pour celles sui hésiteraient encore : essayer ! (c’est l’adopter ….)

  11. Sali salu
    as tu essayé le L25 de chez boiron ?
    Je le dis a toutes celles qui souffre
    Et merci pour ton blog, je passe souvent par ici
    Aller force et honneur
    bacci
    clem

  12. ah ah ah, ça me fait penser à qqun cette idée de blog event avec tes fidèles lectrices…
    si tu en organises un, on pourra amener de la brioche faite maison?
    alors de mon côté, 23 jours aussi, c’est bien quand tu veux faire un bébé, ça revient vite, mais pour tout le reste de la vie c’est super chiant.
    et jusqu’à présent c’était pas trop douloureux mais depuis le deuxième enfant…. je me fais l’effet d’un retour de couches à chaque fois, adieu la résolution de la cup.
    et j’ai noté que la petite phase de déprime: « ma vie est naze, je suis nulle, je suis grosse » correspond à l’après ovulation.
    voilà c’était ma contribution à cet échange menstruel.

  13. As-tu pensé à changer de type de stérilet? Pour moi ça a été la solution!
    Ma grand-mère me disait que les règles étaient un entraînement à l’accouchement………

  14. Cet article est très chouette.
    Et meme combat pour moi, regles d’adolesentes, douleurs atroces. Pour ce qui est du SPM, faut que je me penche dessus.
    Car en effet, je ne suis pas toujours la douceur incarnée avec mon entourage, et peut etre que c’est periodique… Faut que je note dans un cahier quand j’hurle!
    (Et sinon, aucun rapport mais moi aussi j’ai fini Kimmy et du coup il manque qqchose à ma vie! )

  15. HAHA ! Barre de rire sur le final de la cup.
    Merci. 😀
    Non franchement, on en chie quoi. J’avais adoré l’article de Jack (ici : https://passionmenstrues.com/) qui grosso-merdo (oui, gros mot, moi aussi.) disait que « putain c’était Sarajevo dans nos slips, mais que non, on continuait la vie, on était trop des warrior. »
    J’aimais beaucoup cette mise en valeur d’un truc aussi relou.
    Perso, ayant eu marre de n’avoir que 3 jours de « youpi-la-vie » par mois, j’ai élargi le champ de recherche à la thyroïde. Bingo dans ma gueule : Syndrome de Hashimoto.

    Cette société nous a trop habituéEs à relativiser et passer sous silence nos souffrances hystériques de sexe faible.
    J’aime à croire qu’on commence à en parler autrement.

    Mais Pourquoi diantre, ta sœur t’en a-t-elle « voulu » ?!…

    1. elle m’en a souvent voulu parce que j’étais sa petite sœur mais j’étais aussi grande qu’elle et qu’on lui demandait ‘c’est ta petite ou ta grande sœur ?’. Je sais pas pourquoi mais j’ai longtemps été ‘non grata’ dans la vie de ma sœur.

  16. ah la la je compatis

    c’est marrant, car je suis née et j’ai vécue à l’étranger et on parlait de TPM (tension pré menstruelle) depuis toujours ! (enfin deouis mes 12/13 ans quoi !!)
    En fait, ça devient aussi une espèce blague… Dès qu’un mec veut dire qu’on est chiante il dit « mais t’es dans ta période TPM ou quoi? »
    ET ca sert aussi à justifier les montagnes de chocolat qu’on peut manger juste avant d’avoir les règles.. « t’inquiètes pas, j’en ai besoin, je suis dans ma période TPM ».
    C’est vrai qu’en France on n’en parle pas du tout de ça ! c’est fou !

    Par contre, je m’inquiète quand même quand tu décris ta douleur (pire qu’un accouchement)!! ce n’est pas normal d’avoir asusi mal je crois..
    As-tu déjà vérifié que tu n’avais pas une endo? C’est un autre sujet tabou.. mais vu que 1 femme sur 10 l’ont…c’est assez répandu !
    Et apparemment faut vraiment aller chez un spécialiste pour qu’il puisse te diagnostiquer (un gynéco « normal » peut passer à côté..)
    Désolée, de m’en meler… j’essaie d’aider 😮

    Bon courage !!

  17. Je ne perds pas autant de sang que toi mais le syndrome prémenstruel je connais, et je déguste ! J’alterne les crises de larmes et les envies de suicide (mais vraiment) avec l’irritabilité et l’intolérance au bruit…Et le pire, c’est que ça se passe quinze jours après mes dernières règles (le moment de l’ovulation), plusieurs jours avant qu’elles n’arrivent et même pendant. En gros j’ai une semaine ou dix jours de répit environ par mois. Courage en tout cas parce qu’il existe plein de blagues autour de l’humeur des femmes avant leurs règles mais ce n’est vraiment pas drôle à vivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

tonimage tonimage tonimage tonimage tonimage tonimage